Saint-Geniès Bellevue >

La Commune en bref

Localisation

Latitude : 43° 41′ 03″ Nord
Longitude : 1° 29′ 11″ Est

Altitude : 142 m (mini) – 214 m (maxi)

Quelques chiffres

Superficie  376 hectares
Recensement 2011
2220 habitants
   

Nom des habitants

Saint-Geniessois, Saint-Geniessoises

Un peu d'histoire

 Le nom de Saint-Geniès

On admet que les paroisses répondant au nom de Saint-Geniès (huit en France) avaient pris pour Patron Genest ou Genes, mime martyrisé à Rome sous l'empereur Dioclétien et devenu le patron des comédiens.

Au XVIII e siècle, le curé de notre commune disait " Le Saint Patron s'appelle Genest le Comédien, la feste se fait le 25 août "

La forte représentativité des communes Saint-Geniès dans le Sud de la France laisse à penser qu'il serait possible que le nom de Saint-Geniès vienne de Genes, notaire d'Arles, martyrisé vers le début du IV e siècle et dont le culte fut très répandu dans les contrées méridionales.


Le village

Le village est mentionné pour la première fois à l'époque médiévale, où il serait formé, comme beaucoup d'autres, autour d'une fondation religieuse.
A la fin du Xe siècle il appartient à l'abbaye Saint-Pierre de Lézat.


A la suite d'une croisade contre les Albigeois, le village tombe sous la dépendance du Roi de France.
En 1279 ce dernier cède les fiefs de Saint-Geniès à l'évêque de Toulouse, également seigneur de beaucoup de villages environnants.

Au XVIe siècle, le village entre dans la Seigneurie des Bertier. Ces toulousains avaient accédé à la noblesse par les charges municipales en la personne de Guillaume Berthier, capitoul de Toulouse en 1465. Un des descendants, Pierre, Evêque de Montauban fut un des plus célèbres prédicateurs de son temps. Il prononça l'oraison funèbre de Louis XIII.


C'est à partir de 1742 que la Seigneurie est exercée par la famille de Lassus, qui possède toujours le château de Saint-Genies.


Malgré la proximité de Toulouse, le village restait pratiquement isolé en raison de chemins impraticables certains mois de l'année.


Le Seigneur Bertier obtient mille livres en 1712 et autant en 1713 pour faciliter la liaison entre Albi et Toulouse et pour réparer le chemin entre Castelmaurou et Saint-Geniès.


En 1730 la route d'Albi est construite sur son tracé actuel et c'est seulement en 1780 que la réparation du seul chemin qui relie notre commune à Toulouse est assurée.

 

Le Château


Selon toute vraisemblance c’est Guillaume III Bertier, Seigneur de Saint-Geniès, docteur en droit et secrétaire du Roi, capitoul en 1595, qui fera reconstruire le château.

La date de construction ne peut être avancée avec précision, mais les historiens la situent entre 1580 et 1600, pendant les années encore troublées qui marquent la fin des guerres de religions.


Le plan primitif est simple : une grosse tour rectangulaire sur laquelle est venu se greffer au sud le corps principal à deux étages orné à l'angle sud-est d'une tourelle montée sur un culot et sans doute couverte en pyramide à l'origine. Du coté sud, il jouxte l’église actuelle, sans doute l'ancienne chapelle du château.

Le long de la façade est, des fenêtres à meneaux à simple section carrée sont encore visibles.


Au XVIIIe siècle, le château est complété par deux ailes latérales mettant en scène la façade principale dont les percements sont alors modernisés. Deux avant-cours, dont l'une est bordée des écuries, précèdent la cour d'honneur.


L’ensemble du bâtiment à deux étages de brique montre pour seul ornement un fort bandeau soulignant les niveaux. La distribution intérieure est conforme à celle de nombreux châteaux de la fin du XVI° siècle : un escalier à rampes droites et paliers de repos, soigneusement bâti avec des voûtes rampantes, coupe la maison aux deux tiers.

La façade est du château, le « théâtre de verdure », l’escalier et la cheminée de la grande salle du 1er étage sont inscrits à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Le château est ouvert au public du 1er juillet au 9 Août les après-midis.

 

Merci aux recherches réalisées par le Professeur Georges Fournier